Caen Futsal Club : site officiel du club de foot de Caen - footeo

Finale Coupe Nationale

14 mai 2012 - 09:31

Coupe Nationale

 

Les effectifs :

 

SPORTING CLUB PARIS PARIS METROPOLE          
Gardiens :

1. Haroun Djamel

12. Pichart Yves

 

Champs :

2. Barboza Bruno

4. Diniz Lucas

8. Diogo

11. Betinho (C)

3. Neukermans Jonathan 

5. Chaulet Jonathan

6. Hamdoud Kamel

7. Khireddine Hamza

9. Moreau Patrick

10. Teixeira Alexandre

Gardiens :

1. Tosic Jova

12. Gregbo-Penga Yannick

 

Champs :

3. Aigoun Azdine

4. Biaux Raphael

6. Le Boette David (C) 

9. Vita Chimel 

2. Belhaj Sid

5. Gasmi Adrien

7. Aigoun Abdel

8. Sakrani Julien 

10. Delicourt Christopher

11. Serpa Marcelo 

Entraineur :

Lopes Rodolphe

Entraineur :

Serpa Marcelo

 

Les 600 spectateurs présents dans la salle de la Rotonde de Strasbourg - parmi lesquels les sélectionneurs Patrick Pion (U21) et Pierre Jacky (A) ont donc assisté à une démonstration de futsal entre les deux meilleurs clubs actuels du futsal hexagonal, le Sporting de Paris et le Paris Métropole.

Bien que l'enjeu de cette finale ne soit plus la même depuis deux ans, il n'en reste pas moins que le prestige de la compétition, l'occasion d'enrichir le palmarès et surtout l'adversité entre deux clubs qui ne se retrouvent que lors des phases finales, sont autant d'occasions de montrer que le spectacle a été au rendez-vous, tout comme la bonne ambiance dans les gradins, dans le cadre d'un après-midi de futsal parfaitement organisé par la Ligue d'Alsace et le club de l'ASS, sous la houlette de la FFF.

 

Le début de match tonitruant des Sportingmen démontre que ces derniers ne voulaient pas de round d'observation, déterminés à prendre le contrôle de la partie. Les partenaires de Djamel Haroun monopolisent le ballon et se créent les plus grosses occasions par un excellent Betinho. Pris à la gorge, les joueurs du Métropole cèdent sur l'ouverture du score du Sporting par un tir dévié de Diogo suite à un corner (1-0, 5'57). Les hommes de Marcelo Serpa n'ont pas d'autre choix que de monter d'un cran et prendre la possession de balle mais se font piéger en contre : Diogo trouve parfaitement Neukermans qui conclue victorieusement (2-0, 8è). Malgré cela, le Métropole continue d'attaquer pour rester dans le match mais n'est pas récompensé de ses efforts en retour. Quand ce n'est pas le manque de précision dans le dernier geste, c'est le poteau qui se charge de renvoyer trois fois les occasions nettes des Métropolitains (deux pour Vita, un pour Gasmi). Et pendant ce temps, le Sporting creuse l'écart au tableau d'affichage, grâce à une balle piquée de Hamdoud (14è, 3-0) puis sur une belle frappe de Diniz (19'36°, bien qu'entre-temps, Marcelo Serpa parvienne enfin à réduire le score pour le Métropole (17'30). Score à la pause de 4-1 en faveur de l'équipe du président José Lopes.

 

Bien décidés à ne laisser aucune chance aux hommes de Jean-Pierre Sabani, les Sportingmen démarrent la seconde période comme la première : pied au plancher. Et comme en début de match, c'est encore Betinho qui sonne la charge le premier. Avant que son coéquipier Bruno Barboza, suite à un contre, n'alourdisse le score (22è, 5-1). Dès lors, le Sporting gère son avantage, dont l'écart varie peu jusqu'à la fin de la rencontre. En effet, lorsque les Sportingmen augmentent l'écart de buts à +4 par Barboza (22è), Neukermans (27'15) et Diogo (34'12), Paris Métropole ne peut faire mieux que revenir au score à -3 buts par Azdine Aigoun (24è), Vita en deux temps (28'36) et Biaux 537'46) pour ne pas décrocher du match. Mais au final, le Sporting Paris remporte sans discussion la finale sur le score de 7-4, avec un réalisme implacable. Presque tous les tirs cadrés des coéquipiers de Betinho se sont transformés en buts, surtout en première période, alors que les partenaires de Marcelo Serpa ont manqué de réalisme devant le but. 3 poteaux pour 3 buts d'écart au score final, telle est la différence.

 

Reste à savoir si cet écart sera réduit ou aggravé, lorsque les deux formations se retrouveront au Palacium de Villeneuve-d'Ascq samedi prochain (17h00), dans une finale du Championnat de France qui risque d'être d'un tout autre calibre, tant l'enjeu sera énorme : le titre de champion de France et la qualification pour la Coupe d'Europe l'été prochain.

Commentaires

  • uriel rayssac
    14 avril

    Uriel Rayssac

    Joueur

    29 ans